Pro Tour Barcelone

ÉVÉNEMENTS - MAGIC
Mots-Clefs : tournoi (25) , Pro Tour (7)

Pour Wizards of the Coast, organiser un Pro Tour à Barcelone du 11 au 13 mai, c’est s’assurer que les joueurs peuvent profiter du soleil et déguster des tapas lorsqu’ils ne sont pas en train de jouer à Magic ! Mais vous pouvez être certains que les meilleurs joueurs de la planète étaient là avant tout pour en découdre, dans un format inconnu où l’on n’était jamais à l’abri d’un miracle…

Un format tout neuf

Comme d’habitude, il y avait deux formats pour ce Pro Tour : le Bloc construit (cinq rondes jour 1, cinq rondes jour 2 et le top 8 ) et le draft Avacyn Ressuscitée (un draft jour 1 et un autre jour 2). Là où ce Pro Tour se démarquait des précédents, c’est que près de 40% des cartes du format n’étaient sorties que depuis une semaine ! Autant dire que, pour le draft comme pour le construit, les joueurs étaient un peu dans l’inconnu. Il ne suffisait pas d’être bon pour briller sur ce Pro Tour, il fallait aussi
être rapide et efficace pour trouver le meilleur deck possible, avec seulement une petite semaine de préparation.

NB : le bloc construit est constitué des cartes du bloc en cours, c’est à dire Innistrad, Obscure Ascension et Avacyn Ressuscitée. Pour le draft, Avacyn Ressuscitée se drafte à part, sans boosters des deux éditions précédentes.

Des anges et des loups

Le bloc Innistrad tout entier surfe sur la vague des créatures fantastiques qui ont envahi nos livres, nos écrans et nos jeux depuis quelques années. Pas étonnant donc qu’on y trouve zombies, esprits, vampires et loups-garous à foison… Mais dans la tradition des « storylines » de Magic, ce sont généralement les gentils qui gagnent à la fin et Avacyn Ressuscitée amène donc sont lot d’anges vengeurs pour nettoyer le monde d’Innistrad de ses monstres démoniaques. Concrètement, ça signifie qu’à Barcelone, on a vu beaucoup d’anges et de loups (garous ou pas) truster les plus hautes tables du tournoi. Le jeu le plus joué (27% des joueurs) est un « Naya » (c’est à dire Blanc/Vert/Rouge) qui réduit les humains à de simples producteurs de mana, et qui tue son adversaire avec des Ange de la restauration, des Maître-chasseur de la lande et un loup d’une taille rarement atteinte : Cœur d’argent wolfir. Les esprits étaient également à l’honneur avec Geist de Saint Traft, Geists de donjon et Geist étrangleracine présents dans deux decks du top 8. Les autres tribus des basses fosses ont connu un tournoi moins glorieux avec seulement 3 decks Zombies en tout et pour tout, et quelques Olivia Voldaren et Noble Falkenrath pour représenter les buveurs de sang.

Un big four qui se détache assez nettement

Après le Naya très médiéval fantastique, on trouve un « Boros » (Blanc/Rouge) humain, choisi par 10% des joueurs. Ce jeu est essentiellement basé sur la carte Champion de la paroisse, qui a tendance à grossir tellement qu’il devient ingérable après 3 ou 4 tours de jeu. Avacyn ressuscitée apporte beaucoup à ce jeu, notamment Paladin à la lame d’argent et un terrain utilitaire très agressif : Forteresse des tueurs. Réanimator a été plébiscité par 8% des pros. Le jeu reprend les mécaniques du jeu FRites qui avait porté chance aux français au Pro Tour Honolulu : Paillis et Pillage sans foi servent à mettre des cartes au cimetière et Sacres de déterrement permet de réanimer des thons, des anges-thons pour l’occasion. Enfin, Blanc/Vert humain est le dernier jeu à avoir convaincu plus de 5% des joueurs. Le jeu est un peu moins explosif que « Boros », mais il résiste bien mieux si la partie dure grâce à Cœur d’argent wolfir, qui donne un vrai second souffle. Globalement le format était assez ouvert avec beaucoup de jeux différents, chacun tentant d’abuser d’une capacité qui aura marqué ce bloc : miracle, flashback, association d’âmes, survivance ou encore défense talismanique.

Le draft Avacyn Ressucitée : synergie ou force brute

Le draft Avacyn Ressuscitée est marqué par la capacité association d’âmes, très présente, qui permet de faire de nombreuses combos. Par exemple, associé à un Revendeur de belladone, un Exterminateur Falkenrath fait un excellent sniper. Et quand un Greffeur d’ailes devient l’acolyte d’une Vigies en tandem, ça donne deux cartes piochées à chaque tour. Il n’y a donc pas forcément besoin d’avoir des mythiques dans son jeu pour faire la loi dans ce format. Cependant, il ne faut pas négliger la puissance brute de certaines cartes, les anges blancs sont souvent capables de renverser des parties tous seuls, notamment Séraphine de l’aube, une commune bien plus forte que la plupart des rares. Le noir est un peu à part dans ce format, il se drafte souvent tout seul et abuse des effets qui se déclenchent quand une créature meurt. Encore plus que pour le construit, la préparation était cruciale pour ce format : la grande majorité des joueurs avaient fait moins de 10 drafts avant de commencer le tournoi, ce qui est très peu à ce niveau.

Un top 8 Miraculeux

A l’issue des 16 rondes les 8 meilleurs joueurs étaient qualifiés pour le plus haut niveau de compétition qui soit : le top 8 d’un Pro Tour. Parmi eux, John Finkel, légende vivante du jeu qui a notamment remporté 3 Pro Tours en individuel (pour 14 top 8 ) est évidemment grand favori. Mais 3 autres joueurs ont déjà connu la tension d’un top 8 de pro tour et un inconnu peut parfois créer la surprise.
Le top 8 est composé de 3 Naya, 2 Bant-esprits (Blanc/Vert/Bleu avec trois Geists différents), un Blanc/Vert humain, un réanimator et un deck miracles. Avec son deck esprits, Gaudenis Vigudiris se débarrasse d’abord d’un Naya, puis du réanimator pour arriver en finale. De son côté, Alexander Hayne démontre la puissance de la nouvelle capacité miracle et prend l’ascendant sur Jon Finkel qui jouait lui aussi esprit. En demi-finale, il écarte un Naya de son chemin pour avoir le droit de disputer un match au sommet.
La finale met aux prises deux stratégies basées sur des capacités extrêmement puissantes. Du côté de Gaudenis Vigudiris, c’est la défense talismanique qui est mise à l’honneur. Son plan de jeu est de faire grossir des créatures déjà très difficile à gérer avec Vol spectral, Sauvagerie grandissante et Cœur d’argent wolfir. Alexander Hayne a lui basé toute sa stratégie sur miracle : il ne joue pas moins de 16 cartes qui ont cette capacité dans son jeu, lequel a pour autre particularité de ne comporter aucune créature. Son deck ne compte d’ailleurs qu’un seul « kill » : Implorez les anges.
De nombreux pros espéraient une victoire du deck esprit, jugeant la capacité miracle trop basée sur la chance. Mais c’est bien une armée d’anges impitoyables qui ont décidés de l’issue de ce Pro Tour. Alexander Hayne a su forcer son destin en jouant un maximum de cartes permettant de piocher pendant le tour de l’adversaire, ce qui lui donne presque deux fois plus d’occasions de jouer une carte pour son coût de miracle. La chance aussi, ça se travaille, et il n’a pas volé son titre de Pro Tour Winner et de Rookie of the Year.

NB : le Rookie of the year est le joueur avec le plus de pro points à la fin d’une saison, parmi ceux qui n’avaient jamais participé à un Pro Tour avant le début de la saison.

Et les Français dans tout ça  ?

Eh bien le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il sont restés discrets, en dehors de Gabriel Nassif et Pierre Somen qui ont réussi à accrocher un top 75. Raphaël Levy avait tout de même fait le boulot avant puisqu’il obtient le niveau platinium pour l’ensemble de sa saison, soit le plus haut niveau que peut atteindre un joueur pro (ce qui demande un minimum de 40 points pro sur une saison). Nos amis belges ont été plus performants, Vincent Lemoine finissant 24e du tournoi. Les prochaines occasions de briller auront lieu à Indianapolis pour la World Magic Cup, du 16 au 19 août et au Pro Tour Seattle, du 19 au 21 octobre.

posté par Magicovore le [18/05/2012]



<< Retour aux articles

Partenaires


ORA Jeux Ludis Factory cardmarket.com Les Armes de Légende