It’s a Wonderful World

JEUX DE SOCIETÉ - KICKSTARTER - LA BOÎTE DE JEU - ORIGAMES

Imaginez un monde dans lequel les extraterrestres existent, où le clonage humain ne pose pas de problème éthique, et où la guerre atomique est une réalité… Vous incarnez un empire rétro-futuriste qui a un sens tout relatif de la démocratie et un intérêt exacerbé à faire mieux que vos voisins peu scrupuleux. Car c’est de domination mondiale dont il est question, et il est grand temps de bâtir un empire à la mesure de votre ambition. Un monde merveilleux, en somme…


En résumé

It’s a Wonderful World est un jeu de draft de cartes et de moteur de production de ressources pour 1 à 5 joueurs qui se joue en 45 minutes. À chaque tour, les joueurs draftent 7 cartes et choisissent ensuite les cartes qui serviront à gagner des ressources immédiates, et celles qui seront mises en production. Une cartes entièrement construite s’ajoute au moteur de production de l’Empire et viendra alors augmenter les capacités de production de ressources automatiques du joueur à chaque tour, qui lui permettront de construire plus pour produire plus pour… vous aurez compris !

Mise en place

Chaque joueur démarre la partie avec une carte « Ville de départ » (dans l’exemple ci dessous à droite l’Empire d’Azteka). Cette Ville de départ lui confère certains bonus de scoring (uniquement pour les Villes de départs en mode Apprentissage) et une première capacité de production à chaque manche.

La phase de Draft

Une partie se joue en 4 manches. À chaque manche, les joueurs vont jouer une phase de Draft, une phase de Planification et une phase de Production. Lors de la phase de Draft, les joueurs vont drafter 7 cartes. Chaque carte se présente de la même façon :

Il existe 5 types de cartes : les Structures (grises), les Véhicules (noirs), les Recherches (vertes), les Projets (jaunes) et les Découvertes (bleues).

Le Draft

Le draft est un mécanisme de jeu très répandu dans les jeux de cartes à collectionner, qui est maintenant utilisé dans bon nombre de jeux de plateau utilisant des cartes, comme 7 Wonders, Blood Rage, ou Bunny Kingdom. Chaque joueur commence le draft avec le même nombre de cartes en main (7 dans It’s a Wonderful World). Chaque joueur choisit une carte de sa main et la met de côté, avant de passer les cartes restantes à son voisin (de gauche, par exemple). Chaque joueur reçoit donc de son voisin un nouveau paquet contenant une carte de moins (6 dans notre cas), dans lequel il choisira une nouvelle carte à mettre de côté, avant de passer le reste du tas à son voisin.  On procède de la même façon jusqu’à avoir « drafté » toutes les cartes, c’est-à-dire que chaque joueur se sera ainsi constitué une main de cartes à partir des différents paquets répartis au départ entre tous les joueurs. Cette mécanique permet de limiter le hasard de la pioche en sélectionnant au fur et à mesure les cartes qui serviront notre stratégie, et éventuellement celles qui seraient trop intéressantes pour les autres joueurs.

La phase de Planification

Une fois la phase de Draft terminée, chaque joueur se retrouve avec les 7 cartes qu’il a choisies. Il devra alors décider parmi celles-là celles qu’il souhaite garder pour les construire, et celles qu’il souhaite défausser contre la ressource située en bas à droite de la carte. Les ressources ainsi obtenues doivent être immédiatement placées sur des cartes en cours de construction.

Dans cet exemple, on choisit de conserver les cartes Centrale Nucléaire, Laboratoire aéroporté et Trésor de Barbe Noire. Les 4 autres cartes draftées ce tour-ci, sont défaussées pour obtenir des gains de ressources immédiates. Ces ressources ainsi obtenues sont immédiatement placées sur les cartes de ma Zone de construction qu’on a choisi de conserver.

Le sens du sacrifice

Dans It’s a Wonderful World, il faudra savoir renoncer pour avancer ! Il est indispensable de sacrifier un certain nombre de vos cartes draftées à chaque tour pour récupérer des gains de ressources immédiats afin de vous permettre de construire des cartes plus rapidement et donc de mettre en marche votre moteur de production plus rapidement. Il n’y a pas de limite au nombre de cartes dans la Zone de construction, mais si vous conservez toutes les cartes en , vous serez vite dépassé !

La phase de Production

Ensuite vient la phase de Production où chaque Empire va produire simultanément les ressources que lui confère sa Ville de départ et ses cartes déjà construites. Les productions ne se font pas toutes en même temps. Il y a un ordre. On commence par produire ses cubes gris (Matériaux), puis les noirs (Énergie), puis les verts (Science), puis les jaune (Or) et enfin les bleus (Exploration).

Cet ordre est très important à maitriser car bien gérer ses productions peut vous permettre de créer certains effets en chaîne.

Dans cet exemple, à la phase de production des Matériaux, ma Ville de départ (je n’ai que ça pour l’instant) me donne 2 cubes gris. Je viens placer ces Cubes gris sur les 2 emplacements encore vides de ma Centrale Nucléaire, qui est alors entièrement construite.

Je défausse les cubes qui étaient dessus et je viens la placer sous ma Ville de départ. Ainsi, sa capacité de production (3 cubes noirs) vient s’ajouter à celle de ma Ville de départ et ce, pour tout le reste de la partie. Mon moteur de production est en route ! Nous passons donc à la production des cubes noirs (Energie) et maintenant, grâce à ma Centrale Nucléaire produite à l’étape précédente, je produis non pas 1 mais bien 4 cubes noirs. Je peux utiliser 3 de ces cubes pour construire immédiatement mon Laboratoire Aéroporté qui vient lui aussi se placer sous ma Ville de départ et ma Centrale Nucléaire pour améliorer ma production.

Les cubes supplémentaires non utilisés (ici 1 cube noir) sont placés dans une zone (sur laquelle je ne vais pas m’étendre) qui vous permettra d’obtenir des jokers en cours de partie. Les cartes qui ne sont pas construites lors d’un tour sont conservées dans la Zone de construction du joueur pour les manches suivantes. Elles conservent tous les cubes qui auraient été placés dessus à une manche précédente.

Ainsi, au fur et à mesure que vous construirez des Structures, des Véhicules, des Projets, des Recherches ou des Découvertes pour votre Empire, vous augmenterez sa capacité de production de manière exponentielle. Mais attention, 4 manches, c’est vite passé !

Simultanéité et Interaction

La mécanique de Draft et de Production implique que tout le monde joue en même temps, ce qui produit un rythme de jeu très dynamique. Ainsi, la partie aura sensiblement la même durée quel que soit le nombre de joueurs. L’interaction va naître du contre-draft, c’est-à-dire des cartes que l’on va choisir de garder surtout parce qu’on ne souhaite pas que les autres joueurs les jouent.Si vous n’y ferez pas forcément attention lors de vos première parties, cela fera partie intégrante de votre stratégie quand vous maîtriserez bien le jeu.

L’interaction se retrouve également lors de la phase de Production. En effet, lors de la production de chaque ressource, celui qui en produit le plus pourra récupérer un Financier ou un Général, sous la forme de jeton qui rapporteront des points en fin de partie et qui permettront de construire certaines cartes.

Le mode campagne

Le jeu est actuellement en financement sur la plateforme participative Kickstarter : https://www.kickstarter.com/projects/laboitedejeu/its-a-wonderful-world/

En plus de la version que l’on pourra trouver en boutique par la suite, ce financement permet de vous proposer une version améliorée qui inclue une campagne en plusieurs scénarios, qui permettent de débloquer des boosters de cartes à intégrer par la suite dans votre jeu. Cela viendra apporter davantage d’immersion et de richesse à votre jeu. Cette campagne est totalement rejouable, et les choix des joueurs apporteront des gameplay différents au fil des parties. Vous pourrez choisir de les intégrer ou nom dans le deck de départ en fonction de vos envies.

En conclusion

Si l’on perçoit les possibilités d’It’s a Wonderful world dès la première partie, ce jeu possède une grande courbe d’apprentissage. Son format court permet d’explorer de nombreuses stratégie et le mode campagne promet d’y apporter une grande profondeur.

N’hésitez pas à venir vous faire une idée plus précise du jeu en consultant sa page Kickstarter sur laquelle vous trouvera de nombreux visuels et vidéos explicatives. Une version prototypale du jeu tourne également en ce moment dans les festival de jeu et les boutiques qui proposent des animations.

 

 

posté par julien le [16/05/2019]



<< Retour aux articles

Partenaires


ORA Jeux Ludis Factory cardmarket.com Les Armes de Légende